Contact

07 88 22 19 84

06 71 70 77 93

QUESTIONS ?

COMMENTAIRES ?

PREMIER MARATHON le Dimanche 1 er OCTOBRE 2017 à Lyon

October 9, 2017

Lundi 10/07, commence la préparation du marathon de Lyon, qui aura lieu le dimanche 1er octobre 2017. C’est avec Jean-François et Hiacynthe que je vais suivre, presqu’à la lettre le programme de préparation proposé par Gé2, parfois avec eux, parfois, sans eux, souvent avec des températures dépassant l’entendement. Nous irons reconnaître des tronçons du parcours le long du Rhône puis sur les berges de la Saône. Début septembre, je laisse le programme de côté, pour aller randonner dans le parc du Queyras pendant six jours, (6 à 7h de marche par jour) ; Je fais provision de bon air et d’oxygène. La préparation s’est bien passée ; pas de blessures, je me sens prêt.

Le vendredi 29/09, je vais chercher mon dossard place Bellecour, ça va vite, c’est bien organisé. Je pensais récupérer un tea-shirt mais il n’est donné qu’aux Finishers. Cette balade permet de prendre la température de l’événement.

Le jour J arrive. Lever vers 5h, petit déjeuner normal, café, 4 tartines, 1 banane, 1 yaourt. J’arrive à 7h au PDL, Catherine, Myriam, Nadine, Frank, Jean-François sont déjà là. Nous allons à la gare de Vénissieux (le parc relais est fermé), nous trouvons une place à quelques centaines de mètres. Nous prenons le métro pour la place Bellecour, une foule de coureurs nous accompagnent.

 

Arrivés sur la place Bellecour, nous allons poser nos affaires dans le box dont le numéro est le dernier chiffre de notre numéro de dossard. Puis nous rejoignons tranquillement notre SAS de départ (VERT temps : 4h). En fait, l’objectif est bien, dans un premier temps, de terminer le marathon ; nous l’avons préparé pour nous approcher de 4h30 (vitesse moyenne : 9,5km/h). Afin d’éviter les bousculades, le départ est donné par vagues, à l’intérieur du même SAS. Des donneurs d’allure portent des drapeaux (4h, 4h15…). Nous les laissons partir ; nous commençons notre course à 9,5km/h. Nous partons de la place Bellecour pour rejoindre le pont Kitchener Marchand puis nous longeons, sur la rive droite de la Saône, les quais Fulchiron, Romain Rolland, de Bondy, de Pierre Scize, Chauvau, Arloing, Jayr, du Commerce, Sedaillan, Carrie, de la Jonchère. Arrivés au pont Paul Bocuse (10km : 1h01’24’’), nous le traversons puis continuons à droite sur la rive gauche de la Saône, quais Clémenceau, Joseph Gillet puis nous approchons du tunnel de la Croix Rousse ; c’est là que coureurs du semi-marathon et coureurs du marathon se séparent. A la sortie du tunnel, nous nous dirigeons vers la pointe nord du parc de la Tête d’or (21,1km : 2h11’) ; nous bifurquons, plein sud, pour effectuer le tour complet du parc  puis longer la cité internationale, sur la rive gauche du Rhône, quai Charles de Gaulle, Avenue de Bretagne ; nous poursuivons plein sud le long des berges du Rhône. Vers le 25ème km, je commence à faiblir mais parviens à maintenir la moyenne de 9,5km/h (30 km : 3h09’21’’). Jean-François est mieux, il est devant ; je le rejoins un peu plus tard, il s’est arrêté pour faire des étirements, il a mal à une cuisse. Il repart et s’éloigne rapidement ; je continue mais la moyenne baisse. Je parviens au parc de Gerland et les jambes commencent à « brûler », il faut parfois marcher puis recommencer à courir et la plupart de mes compagnons de course font la même chose. Je quitte le bord du Rhône pour rejoindre la rue Jean Bouin derrière le stade de Gerland que nous traversons, puis avenue Tony Garnier en direction du musée de la confluence. Cette traversée du quartier de Gerland est interminable. Nous allons jusqu’à la pointe la plus au sud de la presqu’île puis virage serré pour remonter plein nord, quai Rambaud ; nous contournons le port de Confluence, continuons quai Rambaud puis, passé le pont Kitchener, c’est le dernier kilomètre.

L’arrivée place Bellecour est grisante, sous les encouragements ; un peu « dans le coton », j’embrasse Patricia et Jean-François. Voilà, c’est bouclé : 4h50’. Je reçois ma médaille et mon tea-shirt Finisher. Content d’avoir terminé, il a fallu puiser dans des ressources insoupçonnées. Mais j’espère, la prochaine fois, m’approcher des 4h30’. Une sacrée expérience qui donne envie de poursuivre l’entraînement. Je repars avec Jean-François, à la station de métro ; nous le prenons en direction de Perrache au lieu de Vénissieux. Une semaine tranquille, sans sport, ne sera pas de trop pour nous remettre d’aplomb.

Please reload

Derniers message

February 22, 2019

March 13, 2018

November 29, 2017

October 9, 2017

Please reload

Archive
Please reload