Dahu Trail : 30 km le dimanche matin dans la boue, la faute à qui ?

Comment j’ai pu me retrouver à courir 30 km le dimanche matin dans la boue ?

Je n’y suis pour rien, je suis tombée dans un traquenard, c’est la faute à Corbas Running…

En fait, j’accuserais tout simplement Nora, qui a eu la patience de me lancer dans les chemins de Communay pour m’aider à quitter les terrains de basket. Je courrai encore avec des baskets datant de 1832, sans eau, ni bouffe, ni frontale. Petit à petit, elle m’a fait découvrir le groupe qui se préparait à ce moment-là pour Millau avec une jolie sortie de 20 km dont je me souviendrai toujours : je ne voyais plus la fin. Heureusement que le groupe et notamment Gérard m’a fait la conversation car sinon je serai allée faire la sieste derrière un arbre tellement j’étais crevée. Bon, le goûter chez Rachel était magique, la fatigue a été vite oubliée.

Et puis je m’emballe pour les 14 km de Fleurieux… Bon, Nora m’avait prévenue du concept : « Ne pars pas comme une fusée… on va te récupérer dans un fossé » … trop tard…. Je pars comme une balle, je m’amuse dans les descentes, c’est le déclic…mais j’ai cru que je terminai à quatre pattes, l’arrivée fut une horreur… comme sur un tapis roulant… Bon… j’étais avertie pourtant !

Comme je reste têtue, je raccroche le groupe trail et les entraînements de Seb. J’occupe le poste de boulet du groupe avec plaisir :

J’ai besoin d’aide làààààà :

« J’ai faim, je ne sais pas manger en courant… » merci Nora !

« Je n’arrive pas à enfiler mon K-way toute seule et ça fait des nœuds avec mon sac », merci Marielle.

« Ahhh, parce qu’il faut s’assurer que la batterie de sa frontale s